« Une réponse d’urgence prompte et efficace ne peut avoir lieu sans préparation »

Rencontrez Tokiniaina Rasolofomanana, associé logistique responsable de la préparation aux urgences à Madagascar
13 June 2019

Tokiniaina est associé logistique du PAM à Madagascar, pays qui fait face à des pertes annuelles d’environ 100 millions USD liées aux catastrophes naturelles telles que les cyclones, les inondations et les tremblements de terre. Pour Tokiniaina, la préparation aux urgences est véritablement au cœur du cycle de la réponse humanitaire.

« La préparation aux urgences est le volet le plus important dans le cycle de la gestion et de la réduction des risques et des catastrophes. C’est un ensemble d’initiatives menées en amont des crises par l’Etat et la communauté humanitaire mais surtout par et pour la population. Une réponse d’urgence prompt et efficace ne peut avoir lieu sans préparation. Une bonne préparation est synonyme d’atteinte des objectifs fixés pour une opération donnée.»

 

Au cours des 11 derniers mois, Tokiniaina a travaillé sur le projet de préparation aux urgences du Cluster Logistique, initiative visant au renforcement la résilience des chaines d’approvisionnement nationales dans certains pays du monde les plus à risques. Lancé à Madagascar en 2018, sous l’impulsion du Bureau National de Gestion des Risques et des Catastrophes (BNGRC) ce projet de préparation aux urgences implique des partenaires dans la capitale et dans cinq régions les plus à risques du pays.

Entre missions et réunions, nous avons échangé avec Tokiniaina pour en apprendre plus sur son rôle, le projet, et la préparation aux urgences à Madagascar.

Pour commencer, pourrais-tu nous parler un peu de ton parcours ?

Une fois diplômé en Gestion de l’Environnement spécialité « Gestion des Risques et des Catastrophes », j’ai commencé par travailler au sein du BNGRC en tant que consultant bénévole pour appuyer les équipes de préparation aux urgences.  J’ai par la suite été consultant junior dans le centre de recherche de l’Université d’Antananarivo spécialisé en économie et en développement ; je me suis particulièrement intéressé à des projets de promotion de la résilience. J’ai intégré le PAM il y a deux ans, en tant qu’assistant pour la coordination et la gestion d’information dans le cadre de la réponse à l’urgence ENAWO au Nord-Est de Madagascar, avant de devenir assistant logistique et associé logistique pour la préparation aux urgences à Madagascar.

Quelles étaient tes motivations pour postuler à ton poste actuel ?

Ce qui m’a vraiment motivé à postuler est le projet en lui-même qui représente une réelle opportunité de renforcer ma capacité relationnelle et notamment de prendre part à des prises de décisions importantes sur les futurs mécanismes de coordination et de réponse aux urgences dans le pays.

En quoi consiste ce projet ?

Ce projet de renforcement des capacités vise à mettre en place un système de coordination des activités de tous les partenaires impliqués dans la préparation aux urgences sur le plan national et régional. L’objectif ultime est d’éviter autant que possible la duplication des efforts et de capitaliser au maximum les ressources disponibles pour les futures urgences.

En quoi la préparation aux urgences est-elle particulièrement importante à Madagascar?

Madagascar fait partie des pays du monde les plus vulnérables et exposés aux catastrophes naturelles telles que les cyclones et les inondations. Pour cette raison, il est important de mettre en place un système solide de préparation aux urgences étroitement aligné sur les politiques de développement du pays.            

Quels sont les principaux défis recontrés en termes de préparation aux urgences à Madagascar ?

Le principal défi dans le domaine de la préparation aux urgences à Madagascar est la coordination de tous les efforts menés pour l’atteinte d’un seul et unique objectif. Chacun des organismes présents à Madagascar possède sa propre expertise dans le domaine de l’urgence et de la préparation aux urgences. Le défi est ainsi de rationnaliser et de capitaliser ces expertises pour obtenir une valeur ajoutée palpable au profit des sinistrés et de la population Malgache en général.

Qu’est-ce que tu as le plus apprécié jusqu’ à présent dans ton secteur d’activités ?

Ce que j’apprécie le plus dans ce travail c’est les échanges et la collaboration avec des professionnels de tout genre et de tout horizon qui possèdent beaucoup d’expérience dans le domaine des urgences à Madagascar.

Quel est le plus gros challenge de ce poste ?

Je dirais que le plus gros challenge est de savoir gérer la communication et le flux très important d’informations entre les différents partenaires et les collaborateurs du projet.

Que souhaiterais-tu faire après ce poste ?

Madagascar est un excellent début pour ma carrière professionnelle dans le domaine de l’urgence et l’humanitaire. Mon ambition future c’est de trouver un poste similaire dans d’autres pays pour élargir et renforcer mes connaissances et mes compétences.

 

Pour trouver plus d’informations sur la préparation aux urgences à Madagascar, rendez-vous sur notre page :  https://logcluster.org/preparedness/madagascar

Ce blog est disponible en anglais